Après l’isolation thermique des bâtiments, l’État s’attaque aujourd’hui aux systèmes de ventilation et à la perméabilité à l’air de l’enveloppe du bâtiment.

Comment fonctionne le test d’étanchéité à l’air obligatoire ? Et quand y procéder ? On vous explique.

Demander un devis

On connaissait déjà l’audit énergétique… Après l’isolation thermique des bâtiments, l’État s’attaque aujourd’hui aux systèmes de ventilation et à la perméabilité à l’air de l’enveloppe du bâtiment. Avant la fin des travaux de construction, les particuliers comme les professionnels du BTP, doivent dorénavant réaliser un test d’étanchéité à l’air obligatoire. Comment ça fonctionne ? Qui fait le test RT 2012 ? Et quand y procéder ? On vous explique.

Qu’est-ce qu’un test d’étanchéité à l’air ?

Est-ce que le bâtiment laisse entrer des fuites d’air parasites ? C’est la problématique posée à tous les opérateurs de test d’étanchéité à l’air obligatoire. 

Instauré par la Réglementation thermique RT2012, le test d’étanchéité à l’air de l’enveloppe a en effet pour objectif de déceler la présence d’entrées et de sorties d’air incontrôlées à l’intérieur d’un bâtiment. 

La mesure de perméabilité à l’air de l’enveloppe du bâtiment permet de quantifier et de détecter les infiltrations d’air parasite. Elle participe à l’optimisation des performances énergétiques d’un logement.

Avec la RT2012, l’État entreprend une politique énergétique audacieuse. La réglementation fixe un plafond de consommation énergétique des bâtiments à une moyenne de 50 kWh-ep/m² par an.

Un objectif ambitieux qui ne peut être atteint sans une bonne étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment. Car même discrète, la perméabilité à l’air peut entraîner une hausse de consommation énergétique de 5 à 25 kWh/m² par an.

Quels bâtiments sont concernés par cette réglementation environnementale ? Le test d’infiltrométrie peut être effectué sur tous types de bâtiments : maison individuelle, immeuble collectif ou bâtiment professionnel. Il concerne les bâtiments neufs auxquels s’appliquent les dernières normes énergétiques et environnementales.

Quel nom donne-t-on couramment au test d'étanchéité à l'air ?

Le test d’étanchéité à l’air obligatoire est plus couramment appelé le test d’infiltrométrie. Il mesure en effet l’infiltration d’air parasite au sein d’un immeuble.

Comme pour le verre à moitié vide ou à moitié plein, selon l’angle où l’on se place, on peut aussi parler de « test de perméabilité à l’air de l’enveloppe ». 

Enfin, il arrive que l’on désigne le test d’infiltrométrie par son outil. On parle alors de test à la porte soufflante, « blower door test » en anglais. C’est en quelque sorte une allégorie du test d’étanchéité à l’air obligatoire !

Qui fait le test RT 2012 ?

Le test d’étanchéité à l’air obligatoire ne peut être effectué par n’importe qui. Il doit impérativement être réalisé par un opérateur agrée par le Ministère de la transition écologique et solidaire.

Et pour cause, cette opération requière de solides connaissances techniques. Le test d’infiltrométrie est soumis au respect des critères de la norme NF EN 13829 et les prescriptions du Guide d’application GA P50-784.

Généralement, les opérateurs en infiltrométrie ont suivi des formations en mesure de perméabilité à l’air de l’enveloppe avec une certification Qualibat. 

Comment détecter les fuites d'air dans une maison ?

La mesure de la perméabilité à l’air de l’enveloppe… Tout cela paraît très théorique, mais rassurez-vous ce n’est pas sorcier. « Dis-moi Jamy » c’est quoi le test d’infiltrométrie ? Et comment ça marche concrètement ? On vous explique.

Avant toute chose, l’opérateur technique doit s’assurer que les conditions météorologiques lui permettent d’effectuer un test d’étanchéité à l’air obligatoire. En effet, la réalisation du test d’infiltrométrie dépend du vent, dont le niveau maximal ne doit pas dépasser 2 sur l’échelle de Beaufort.

Si les conditions le permettent, l’opérateur débute le test d’infiltrométrie en obturant l’intégralité des orifices volontaires : fermeture des portes et fenêtres, obturation des bouches de sorties et entrées d’air. L’objectif est en effet de détecter les seules fuites d’air parasites.

Ensuite, l’opérateur technique procède à l’installation de la fameuse porte soufflante, en anglais « blower door ». Il s’agit d’une fausse porte 100 % étanche, composée d’une toile en nylon et d’un cadre modulable fixé le plus souvent sur la porte d’entrée du bâtiment.

Munie d’un ventilateur, la porte soufflante comporte des sondes de pressions et de température intérieure et extérieure qui permettent la mesure de paliers de pression et la détection de fuites d’air.

Ces mesures de paliers sont transmises à un ordinateur qui calcule le coefficient Q4Pa-Surf, référence de la réglementation environnementale de la RT2012. Pour être validé, le test doit conduire à l’estimation d’une valeur inférieure ou égale à 0.6m3/h/m² sous 4Pa.

Quand faire le test d'étanchéité à l'air ?

Puisqu’il concerne les bâtiments neufs, le test d’étanchéité à l’air obligatoire intervient le plus souvent au stade de la construction de l’immeuble.

Généralement, une première mesure de la perméabilité à l’air de l’enveloppe est effectuée lorsque le bâtiment est hors d’eau et hors d’air. À ce stade, le bâtiment est dit « couvert », c’est à dire que les structures extérieures de l’immeuble : le toit, les menuiseries, la charpente, les fondations et la maçonnerie, sont posées.

Le véritable test d’infiltrométrie est cependant réalisé en fin de chantier, à la réception des travaux. Il permet de contrôler d’éventuelles fuites d’air parasites depuis l’enveloppe du bâtiment, système de ventilation compris.

Le test d’étanchéité à l’air est-il obligatoire ?

La réponse est oui ! La RT2012 a rendu le test d’étanchéité à l’air obligatoire pour tous les bâtiments neufs depuis 2013.

L’entrepreneur doit impérativement réaliser ce test d’infiltrométrie à la réception des travaux pour se voir délivrer son attestation de conformité à la RT2012. Cette attestation devra être fournie en cas de revente du bâtiment. 

Le maître de l’ouvrage qui ne respecte pas cette obligation encours de lourdes peines : 45.000 euros d’amende, six mois d’emprisonnement, une obligation de mise en conformité, voire la démolition de son ouvrage. On ne plaisante pas avec le test d’infiltrométrie. 

Pas de doute, le test d’étanchéité à l’air est bien obligatoire. Ne rechignez pas à l’effectuer : vous avez tout à y gagner ! Car une bonne étanchéité vous permet de faire des économies tout en améliorant les performances énergétiques, acoustiques et thermiques du bâtiment…